Ensemble peu à peu vers plus d’instruction financière

08/09/2017

C’est aujourd’hui le International Literacy Day, c’est-à-dire la Journée internationale de l’alphabétisation. Le faible niveau d’instruction est une problématique qui retient l’attention dans le monde entier. Et celle du monde financier aussi. Une bonne connaissance financière est une clé essentielle pour pouvoir se frayer un chemin au travers du quotidien en consommateur conscient. Dans ce cadre, être en contact dès le plus jeune âge avec l’argent s’avère essentiel.

Dans une brochure du CPAS de Brugge, Febelfin a formulé sa position à cet égard en tant que fédération. A l’occasion de la Journée internationale de l’Alphabétisation, nous partageons ce point de vue avec vous :

Education financière : ce que l’on apprend jeune reste pour la vie

L’instruction et l’éducation financières ont déjà fait couler beaucoup d’encre. A juste titre, car une bonne connaissance financière pose les fondements d’une utilisation consciente et responsable des produits et services financiers.

L’argent et les finances sont l’un des piliers de notre vie. Chacun y est chaque jour confronté : parce que nous effectuons des retraits de notre compte à vue, parce que nous contractons des crédits, parce que nous épargnons pour l’avenir ou parce que nous payons nos achats en magasin.

Si l’on veut comprendre ces différents produits et services financiers et s’en servir convenablement, il est essentiel de disposer d’une certaine connaissance financière de base.

Cependant, tous les Belges n’ont pas un tel bagage de base. Dans un pays prospère comme la Belgique, on considère vite que chacun est parfaitement expert au plan financier. Or, le manque d’instruction financière est souvent un phénomène caché. Et dans la société actuelle, où le numérique est de plus en plus souvent la norme, il est d’autant plus évident que certaines personnes risquent de se retrouver à la traîne.

Une étude de la Ligue des Familles indique que dans plus d’une famille sur cinq, personne n’est capable d’effectuer des opérations de banque en ligne et près d’un quart des ménages ignorent comment payer en ligne avec une carte de débit ou de crédit.

La question est de savoir comment nous pouvons limiter autant que possible l’absence d’instruction financière.

Apprendre à se servir de l’argent dès le plus jeune âge est une première étape majeure. La jeunesse flamande a dans ce domaine une longueur d’avance. D’une enquête internationale de l’OCDE (Organisation de Coopération et de Développement économiques), il ressort que 70% des jeunes de 15 ans ont un compte bancaire propre et disposent d’argent de poche. Et quelque 80% d’entre eux gagnent aussi de temps en temps de l’argent via une activité.

Du fait de leur attitude saine à l’égard de l’argent, les jeunes Belges enregistrent de bons résultats dans le domaine de l’instruction financière. Sur un total de 15 pays, ils se classent en deuxième position. C’est un bon score, mais qui peut toujours être amélioré.

C’est pourquoi il est essentiel qu’en classe aussi, l’on consacre toute l’attention requise à donner aux élèves une bonne connaissance financière de base. C’est la raison pour laquelle Wikifin, la plate-forme d’éducation financière de la FSMA (Autorité des Services et Marchés financiers) lance différentes initiatives pour faire entrer la connaissance financière dans les écoles.

Febelfin soutient plusieurs de ces initiatives. Elle répond notamment présente chaque année à l’occasion de la Semaine de l’Argent.

Mais Febelfin s’investit aussi elle-même largement dans l’éducation financière. Le site www.monargentetmoi.be en est un excellent exemple. Des questions sur le quotidien permettent d’aborder les thèmes tels que les paiements, les prêts, l’épargne, les investissements et les opérations bancaires. Pour les enseignants, le site constitue souvent un beau complément aux programmes dont ils disposent.

Il n’existe pas de réponse facile et toute faite à la question de savoir comment appréhender au mieux et essayer d’éviter le manque d’instruction financière. Mais qu’une chose soit claire… : nous devons fournir et enseigner à nos jeunes les connaissances financières de base de manière qu’ils puissent devenir des consommateurs conscients et responsables. Et pour y arriver, chacun peut et doit apporter sa pierre à l’édifice, qu’il s’agisse du secteur financier, des pouvoirs publics, de l’enseignement, des milieux associatifs ou de la famille.

Plus sur: